Sunday, October 4, 2020

Revue de Presse l'Etat du marché Immobilier parisien

 

REVUE DE PRESSE SUR L’état du marché immobilier Parisien

au 4 octobre 2020

 

Des prévisions de volume de ventes en 2020 en baisse par rapport à 2019

C/F chambre des Notaires de Paris

Après la période de frénésie post confinement et un retour en masse des acheteurs sur le marché immobilier, pressés de mener à bien leur projet immobilier, la fièvre acheteuse du printemps et de l’été apparaît bel et bien terminée.

D’après la chambre des notaires : les volumes de vente ont rebondi jusqu’au mois de juillet, mais restent encore nettement en dessous de 2019, avec 918 000 ventes qui devraient être signées à la fin décembre 2020. Un chiffre certes en net recul par rapport au 1,065 million enregistré l’an passé mais qui placerait malgré tout 2020 à un niveau comparable à celui de 2017, la 3ème meilleure année en termes de volumes de transactions.( sur l’ensemble du territoire français ) C/F Meilleurs Agents

https://www.meilleursagents.com/wikimmo/comment-envisager-le-marche-immobilier-de-demain/?utm_source=campagne_barometre&utm_medium=email&utm_content=barometre_access_cta&utm_campaign=segment_old_estima:2009

A Paris, le prix au m² s’établit à 10 680 € le m² en juillet, en hausse annuelle de 7,5%. L’augmentation des prix s’est récemment atténuée dans la Capitale avec une hausse trimestrielle de 1,5% et de 0,8% après correction de la variation saisonnière. 

La petite couronne, nouvelle locomotive ?

Dans un article « Les ECHOS » publié  par Elsa Dicharry,  le 10 sept. 2020 :

La crise sanitaire bouscule  le marché immobilier francilien. Pour la première fois depuis 2007, les prix à Paris augmentent moins que dans sa banlieue, constatent les Notaires du Grand Paris. « Etant donné les records de prix atteints dans la capitale, la petite couronne est plus que jamais un marché de report […]. Mais il existe aussi une autre explication : la volonté des acquéreurs de trouver de l'espace et de la verdure a provoqué une hausse du prix des maisons supérieure à celle des appartements dans la région », note Thierry Delesalle, président de la commission des statistiques immobilières et notaire à Paris. Un phénomène inhabituel.

 

Dès septembre : un Marché différent lié à la crise économique qui se profile malgré une économie française sous oxygène

D’après une enquête Meilleurs Agents :

Quatre mois après le déconfinement et tandis qu’une deuxième vague de l’épidémie de coronavirus semble s’amorcer, les particuliers ont en effet de plus en plus de mal à se projeter dans l’avenir. La multiplication des annonces de plans sociaux (Bridgestone, Renault, Auchan, Airbus, Nokia…), la hausse du chômage avec la destruction d’emploi due à la pandémie et l’incertitude quant aux conditions du chômage partiel de longue durée poussent d’ores et déjà une majorité des candidats à la propriété à repousser leur entrée sur le marché.

 

Meilleurs Agents titre : « Bienvenue dans une nouvelle ère »

et développe son analyse :

« …. Au ralentissement saisonnier habituel est néanmoins venu se greffer le contexte sanitaire et économique actuel particulièrement trouble.

·  Traditionnellement plus calme sur le plan des transactions, le mois de septembre a, sans surprise, vu le marché marquer le pas en termes de prix

·  La tension immobilière entre acquéreurs et vendeurs se relâche sur tout le territoire

·  Paris plafonne à 10 500 € du m²

Ces chiffres attestent bien d’un nouveau cycle pour le marché immobilier, en effet, le marché rentre dans une phase de rééquilibrage, sans pour autant parler d’effondrement des prix ! 

Considéré depuis toujours comme un marché à part, Paris n’est pas épargné par ce changement d’ère immobilière. Alors qu’en janvier, tous les signaux donnaient à croire que la capitale dépasserait le seuil des 11 000 € du mètre carré au plus tard à la fin de l’année, cette perspective semble s’éloigner davantage de jour en jour. Touchée, comme les autres grandes métropoles françaises, par la crise du coronavirus et les conséquences économiques qui y sont liées, la Ville Lumière enregistre en effet une véritable chute de la demande. A cet égard, notre Indicateur de Tension Immobilière (ITI) est sans appel : il ne reste aujourd’hui plus que 6% d’acheteurs de plus que de vendeurs dans la commune. Du jamais-vu depuis des années !

C/F Meilleurs Agents

 

Enquête le FIGARO par Guillaume Errard, publié le 1er Octobre 2020

« L’envolée des prix de l’’immobilier semble avoir du plomb dans l’aile. Une aubaine a priori pour les futurs acheteurs. Mais il n’en est rien. Certes, les taux de crédit sont toujours aussi bas, mais les prix restent élevés notamment dans les grandes villes. Par ailleurs, beaucoup de ménages préfèrent attendre avant de s’engager, en raison des craintes de hausse du chômage et des licenciements. La fièvre acheteuse qui avait suivi la fin du confinement, a ainsi laissé place à une ambiance plus morose. »

CARTE DES PRIX DE PARIS PAR ARRONDISSEMENT MEILLEURS AGENTS OCTOBRE 2020

Les Echos titre :

Immobilier : premières baisses de prix à Paris

La légère baisse des prix observée à Paris et dans plusieurs grandes villes ne présage pas un effondrement. Le marché reste globalement tonique en dépit des effets délétères de la crise sanitaire.

Par Ann- Sophie Vion, Marie-Christine Sonkin

Publié le 1 oct. 2020

Les prix de l'immobilier parisien ne devraient finalement pas franchir la barre symbolique des 11.000 euros le mètre carré, en tout cas en 2020. Ils retombent même, selon les derniers chiffres de Meilleurs Agents, à 10.540 euros le mètre carré au 1er octobre, soit une baisse de 0,5 % par rapport au 1er septembre. Un fléchissement qui ne doit cependant pas être interprété comme les prémices d'un effondrement.

D'abord, les petites surfaces baissent très peu (de 0,1 % seulement). Certes, les loueurs de meublés type Airbnb souffrent de la désertion des touristes, mais ils n'ont pas pour autant mis massivement leurs biens en vente. « Selon la mairie de Paris, les locations de ce type représentent 30.000 biens, soit seulement 2 % du parc de l'immobilier parisien, relativise Pierre Vidal, responsable R & D chez Meilleurs Agents. Leur réflexe est plutôt de mettre leurs biens en location longue durée. Et de toute façon, une fois la vague Covid passée, les touristes reviendront ! ».

 


Placements : les Français les plus aisés privilégient l'immobilier

Prudents comme tous les Français, les plus aisés privilégient les placements immobiliers. De quoi alimenter la demande dans les prochains mois.

Tandis que la majorité des ménages cherchent à privilégier une épargne disponible à tout moment, comme le livret A, les Français les plus aisés préfèrent investir dans l'immobilier (63 %). Selon l'observatoire de la banque privée, ils considèrent ce placement comme le plus pertinent dans la période actuelle, loin devant les actions (43 %), les fonds en euros (37 %) ou bien encore les produits de défiscalisation (34 %).

Selon l'Observatoire de la banque privée, sont qualifiés comme « les plus aisés » les Français appartenant au Top 5 foyers en termes de revenus (72 000 euros ou plus) et ayant un patrimoine financier de 100 000 euros et plus.

Article  les ECHOS Par Delphine Iweins 3 octobre 2020



Et demain ?

Aussi paradoxal que cela puisse paraître et ce, alors même que les incertitudes se multiplient et pèsent sur le marché (incertitudes sur l’évolution du contexte économique et sanitaire, hausse du chômage, recommandations du HCSF…), c’est toujours le moment de sauter le pas de la propriété ! En effet, à la faveur de taux d’emprunt historiquement bas, le pouvoir d’achat immobilier des Français est au beau fixe (76 m² en moyenne) avec une durée d’amortissement record (moins de 3 ans). 

Loin de la fermeture drastique du robinet du crédit observée entre décembre 2011 et janvier 2013 au cours de laquelle la production de crédit avait été divisée par 2,5, l’heure est au resserrement des conditions d’octroi. La politique développée au cours du dernier trimestre par les établissements bancaires tend d’ores et déjà à exclure de l’emprunt une partie des acheteurs considérés parmi les plus fragiles (ayant un taux d’effort supérieur à 35%, et sans apport )



Selon une étude du CREDIT AGRICOLE, on observe depuis la fin de l’année 2019 un durcissement des conditions d’octroi de prêt (il faut disposer d’un apport personnel, respecter un taux d’endettement de 33 % au maximum et enfin ne pas emprunter au-delà de 25 ans). Associé à l’augmentation des taux d’emprunt, de nombreux acheteurs, souvent primo-accédants, ne remplissent plus les conditions nécessaires pour emprunter et ont dû remettre à plus tard leur projet immobilier.

Conclusion : compte-tenu de l’ensemble de ces indicateurs, les experts s’attendent à une importante baisse des ventes et des achats en 2020, par rapport à l’année 2019. Elle devrait durer jusqu’à 2021.

Par ailleurs, la demande sera principalement impactée par la hausse du chômage prévisible et malheureusement déjà constatée. Un phénomène d’autant plus inquiétant pour l’avenir du marché immobilier que cette croissance brutale avec un pic estimé à 11,5% à la mi-2021 pourrait mettre plusieurs années à s’inverser (10% encore attendus en 2022) et devrait concerner l’ensemble du territoire, principales agglomérations comprises.

Les différentes alertes actuelles sur les fondamentaux de l’économie laissent augurer de l’entrée du marché dans une nouvelle ère. Les analyses prospectives de notre équipe scientifique plaident en faveur d’un rééquilibrage de celui-ci à défaut d’un véritable retournement. La volonté farouchement annoncée du gouvernement d’éviter autant que faire se peut un reconfinement généralisé, l’instauration par l’Etat de filets de sécurité pour soutenir la situation économique dans le contexte sanitaire actuel et la poursuite d’une politique monétaire accommodante par la Banque Centrale Européenne conduisent à anticiper un marché en phase de stabilisation.

L’impact méconnu du Coronavirus sur le marché immobilier

Cette période incertaine et inédite qui s’ouvre devant nous alors même que l’épidémie de coronavirus n’est pas encore maîtrisée devrait en effet être marquée par l’arrêt de la hausse continue des prix connue depuis cinq ans. Pour autant, la question d’un possible effondrement tarifaire semble peu probable au sens où la demande, même en passe de se contracter, devrait rester soutenue grâce aux taux d’emprunt toujours favorables qui continueront à offrir des conditions de financement et un pouvoir d’achat exceptionnels aux acquéreurs parvenant à sécuriser leur financement.

Au vu de l’ensemble de ces éléments, l’équipe scientifique de Meilleurs Agents projette une baisse contenue des prix en France de l’ordre de 1% d’ici septembre prochain avec un volume de transactions de 850 000 à 900 000 pour l’année 2021. Par ailleurs, plus la reprise se fera attendre, plus les grandes métropoles (traditionnellement locomotives du marché immobilier hexagonal) seront également exposées. 

Enquête réalisée par N. Hatem

Blog searchmyhomeinparis #searchmyhomeinparis



 






Mail : nathalie@agencedesenfantsrouges.com

 

Sunday, September 20, 2020

AGENCE LES ENFANTS ROUGES 

Nouveauté  ! Au cœur du quartier ARTS & METIERS : très beau 2/3 pièces ensoleillé

https://youtu.be/e8DFDS9RAfw

#lesenfantsrougesplacedesvosges



Pour toute demande d'information : nathalie@agencedesenfantsrouges.com

New : near Arts & Métiers district ( 3rd arrondissement ) a beautiful apartment offering comfort and complete renovation work done,  with a contemporary design and quality elements , south exposed, anciant beams, totally " Marais charm " and sunny : to visit quickly 

For further information, contact nathalie@agencedesenfantsrouges.com

Sunday, July 19, 2020

Le rêve d’un appartement avec terrasse à Paris:


Ce rêve d’épicurien pour « happy few » peut-il devenir synonyme d'opportunité à haute valeur ajoutée ? La quête du Graal pourrait s'avérer très fructueuse  !
search my home in paris real estate in paris
Aménagment SWM Exteriors

D’abord un petit lexique d’ordre architectural pour bien comprendre comment se déclinent potentiellement ces subtils mètres carrés en extérieurs, qui n’ont en commun que leur très grande rareté !
Il conviendra de bien distinguer la terrasse du  Balcon : plus petit, construit en avancée au-dessus du vide, et entouré de rambarde, dénommé « balcon filant » lorsqu’il court le long d’une façade et de style haussmannien lorsqu’il agrémente le 2e et 5e étage, de la Loggia : qui est une dalle de sol refermée par une baie vitrée et qui constitue une sorte de prolongement de l’espace intérieur, du Patio, cour intérieure au cœur de certaines maison ou lofts de plain-pied , apportant lumière et fracheur, ou du Rooftop : espace extérieur dominant certains immeubles, bénéficiant d’une vue à 360° , d’une exposition au soleil maximale et souvent situé dans le prolongement du séjour de manière à décupler la sensation d’espace ou de vue «  d’exception »
APARTMENT WITH TERRASSE SEARCH MY HOME IN PARIS
Le rêve d'une terrasse sur l'ILE SAINT LOUIS Les ENFANTS ROUGES 

Autre catégorie d’espace extérieur : le rez de jardin, donnant sur cour, passage privée ou sur rue, permettent parfois de profiter d’extérieurs à un prix inférieur à celui d’une terrasse ( car en RDC)
OUT DOOR DINING ROOM IN PARIS SEARCH MY HOME IN PARIS
Appartement avec terrasse : salle à manger d'été Les ENFANTS ROUGES 

Des subtilités juridiques de la « jouissance exclusive »
Appartement avec terrasse à Paris : l’avantage de la jouissance exclusive 
Le statut de la terrasse est un point important à connaître avant d’acheter, en effet si vous achetez l’appartement avec terrasse en « jouissance exclusive », vous n'aurez à payer que l'entretien de la terrasse, le coût des travaux lourds étant répartis entre les membres de la copropriété.
A contrario, si vous achetez en « propriété » :  les éventuels travaux seront entièrement à vos frais. Point positif : vous pourrez l’aménager plus librement
Peu d’appartements bénéficient de véritables « terrasses » ce type de biens étant très rares, notamment dans l’ancien, son prix connaîtra un indice de pondération intégrant son coût dans le prix global du bien
SUMMER LUNCH TIME AT HOME SEARCH MY HOME IN PARIS
Déjeuner d'été en terrasse à la maison LES ENFANTS ROUGES 

Dans une période « post-confinement » comme celle que nous vivons, nombreux sont les Parisiens en recherche d’extérieurs tant le contexte a modifié le « ressenti » et l’ « importance » de l’environnement direct que représente nos chers « home ». Le moindre mètre carré extérieur sera vécu comme une oasis de « liberté » et bénéficier d’un espace privatif comme un jardin, un balcon, une terrasse ou une cour s’avère dès lors un atout précieux qui contribue à améliorer la qualité de vie.
La valeur de ces espaces extérieurs est directement corrélée à celle du m² habitable du logement.
En général on considère que le prix du m² d’une surface extérieure vaut entre 30 à 40 % de celui du m² habitable en loi carrez ( à corréler à l'étage, à l'exposition et à la vue )
D’autres parts émergent de véritables spécialistes de l’aménagement d’extérieurs comme Sophie Wolf Mathorel, société Exteriors, qui est experte en la matière, ces m² supplémentaires représentent une valeur ajoutée indéniable, d’autant plus si ils sont conçus véritablement comme des espaces propres : salle à manger d’été, pièce supplémentaire, petit salon ….
Avant 
Après / SWM Exteriors


Les balcons et les terrasses augmentent la valeur des appartements en ville. Oui, mais de combien ? Une étude* de MeilleursAgents nous apporte des réponses. 
Selon le spécialiste de l’estimation immobilière - qui a analysé 35.000 transactions depuis 2019 - la présence d’un balcon ou d’une terrasse fait en moyenne grimper de 8,8% le prix d’un logement dans les onze plus grandes villes de France, même si, selon l’étage du logement, cette surface ne sera pas valorisée de la même façon.

Réalisation SWM Exteriors

Pour toute demande d'estimation de vos biens avec ou sans extérieurs (!), n'hésitez pas à nous contacter en cliquant ici
Pour aménager vos terrasses, cours ( privées ou cours d'immeubles) balcons ou patios :
Pour trouver l'appartement de vos rêves :agence des ENFANTS ROUGES

English version :

The dream of an apartment with a terrace in Paris

This Epicurean dream can come true  for happy few "happy few" and at a certain price, indeed this pleasure felt only a few months a year in Paris  represents the quest for the holy grail for some lovers of "outdoor lifestyle"
First, a small architectural lexicon to fully understand how these subtle square meters are potentially declined in exteriors, which only have in common their very great rarity!
The Balcony terrace should be clearly distinguished: smaller, built in projection above the void, and surrounded by a railing, called a "running balcony" when it runs along a facade and in Haussmann style when it decorates the 2nd and 5th floor, of the Loggia: which is a floor slab closed by a bay window and which constitutes a sort of extension of the interior space, of the Patio, interior courtyard in the heart of certain single-storey houses or lofts , bringing light and freshness, or the Rooftop: outdoor space overlooking some buildings, enjoying a 360 ° view, maximum sun exposure and often located as an extension of the living room so as to multiply the feeling of space or of "exceptional" view
Another category of outdoor space: the garden level, overlooking the courtyard, private passage or the street, sometimes allows you to enjoy the outdoors at a price lower than that of a terrace (because on the ground floor)
Legal subtleties of "exclusive use"
Apartment with terrace in Paris: the advantage of exclusive useThe status of the terrace is an important point to know before buying, indeed if you buy the apartment with terrace in "exclusive use", you will only have to pay the maintenance of the terrace, the cost of the work. heavy being distributed among the members o
f the co-ownership.Conversely, if you buy "property": any work will be entirely at your expense. Positive point: you can arrange it more freely
Few apartments have real "terraces" as this type of property is very rare, especially in the old ones, its price will be subject to a weighting index integrating its cost into the overall price of the property
In a "post-confinement" period like the one we are living through, many Parisians are looking for exteriors as the context has changed the "feeling" and the "importance" of the direct environment represented by our dear "homes". . The smallest outdoor square meter will be experienced as an oasis of "freedom" and benefiting from a private space such as a garden, balcony, terrace or courtyard is therefore a valuable asset that contributes to improving the quality of life.
The value of these outdoor spaces is directly correlated with that of the living space of the dwelling.
In general, it is considered that the price of the square meter of an exterior surface is worth between 30 to 40% of that of the m² of living space under the Carrez law
Balconies and terraces increase the value of city apartments. Yes, but  how much?
 A study * by MeilleurAgents  website; published on Monday provides us with answers. According to the real estate valuation specialist - who has analyzed 35,000 transactions since 2019 - the presence of a balcony or terrace causes the price of housing to rise by 8.8% on average in the eleven largest cities of France. MeilleurAgents therefore confirms that exterior surfaces are real assets in sales negotiations. Even if, depending on the floor of the accommodation, this area will not be valued in the same way.
Other parts are emerging from real specialists in exterior design such as Sophie Wolf Mathorel, an Exteriors Work company, which is an expert in the field, these additional square meter  represent undeniable added value, especially if they are truly designed as clean spaces: summer dining room, additional room, small living room….

Enquiry by Nathalie Molho

 






 This Epicurean dream can come true  for happy few "happy few" and at a certain price, indeed this pleasure felt only a few months a year in Paris  represents the quest for the holy grail for some lovers of "outdoor lifestyle"

First, a small architectural lexicon to fully understand how these subtle square meters are potentially declined in exteriors, which only have in common their very great rarity!

The Balcony terrace should be clearly distinguished: smaller, built in projection above the void, and surrounded by a railing, called a "running balcony" when it runs along a facade and in Haussmann style when it decorates the 2nd and 5th floor, of the Loggia: which is a floor slab closed by a bay window and which constitutes a sort of extension of the interior space, of the Patio, interior courtyard in the heart of certain single-storey houses or lofts , bringing light and freshness, or the Rooftop: outdoor space overlooking some buildings, enjoying a 360 ° view, maximum sun exposure and often located as an extension of the living room so as to multiply the feeling of space or of "exceptional" view

Another category of outdoor space: the garden level, overlooking the courtyard, private passage or the street, sometimes allows you to enjoy the outdoors at a price lower than that of a terrace (because on the ground floor)

Legal subtleties of "exclusive use"

Apartment with terrace in Paris: the advantage of exclusive use

The status of the terrace is an important point to know before buying, indeed if you buy the apartment with terrace in "exclusive use", you will only have to pay the maintenance of the terrace, the cost of the work. heavy being distributed among the members of the co-ownership.

Conversely, if you buy "property": any work will be entirely at your expense. Positive point: you can arrange it more freely

Few apartments have real "terraces" as this type of property is very rare, especially in the old ones, its price will be subject to a weighting index integrating its cost into the overall price of the property

In a "post-confinement" period like the one we are living through, many Parisians are looking for exteriors as the context has changed the "feeling" and the "importance" of the direct environment represented by our dear "homes". . The smallest outdoor square meter will be experienced as an oasis of "freedom" and benefiting from a private space such as a garden, balcony, terrace or courtyard is therefore a valuable asset that contributes to improving the quality of life.

The value of these outdoor spaces is directly correlated with that of the living space of the dwelling.

In general, it is considered that the price of the square meter of an exterior surface is worth between 30 to 40% of that of the m² of living space under the Carrez law

 

Balconies and terraces increase the value of city apartments. Yes, but  how much? A study * by MeilleurAgents published on Monday provides us with answers. According to the real estate valuation specialist - who has analyzed 35,000 transactions since 2019 - the presence of a balcony or terrace causes the price of housing to rise by 8.8% on average in the eleven largest cities of France. MeilleurAgents therefore confirms that exterior surfaces are real assets in sales negotiations. Even if, depending on the floor of the accommodation, this area will not be valued in the same way.

Other parts are emerging from real specialists in exterior design such as Sophie Wolf Mathorel, an Exteriors Work company, which is an expert in the field, these additional square meter  represent undeniable added value, especially if they are truly designed as clean spaces: summer dining room, additional room, small living room….

Enquiry by Nathalie Molho

 







 



Friday, May 1, 2020

Terrasses de PARIS c’était « avant »


Malgré ce titre un peu nostalgique, nous savons tous que nous les retrouverons un jour : ces joyaux de Paris, ce trait d’union à tous les Parisiens : nos chères terrasses de cafés ! Au nombre de 12 000 à Paris, objet de nombreuses réglementations déjà existantes (et en route vers de nouveaux cahiers des charges post-Covid) c’est à travers le filtre de l’histoire de quelques-uns de ces cafés « mythiques » que nous avons regardés !

Les Cafés Terrasses de Paris : lieux mythiques et inspirants
Qu’ils soient appelés brasseries, bistrots ou cafés, ils sont le reflet de l’histoire à travers les siècles : lieux de conversation : une passion française, lieux de débats politiques, philosophiques ou littéraires, mais aussi de renseignements !
« L'histoire des cafés est enfin celle des individus qui ont fait la France, de Ravaillac à Charlotte Corday en passant par Robespierre, Voltaire et Sartre, que le lecteur retrouvera ici sous des aspects souvent inattendus. » je cite Gérard Letailleur, auteur de « l’histoire insolite des cafés parisiens » aux Editions Perrin
Le tout premier sera le PROCOPE, premier café glacier à ouvrir ses portes en 1686, mais aussi premier café philosophique à offrir un décor luxueux !
Jean-Jacques Rousseau dans les Confessions, parle aussi de ses visites au café à toutes les heures de la journée. Il écrit : Voltaire avait la réputation de boire 40 tasses de café chaque jour pour l’aider à rester éveillé pour penser, penser, penser à la manière de lutter contre les tyrans et les imbéciles. Montesquieu, dans la 36e de ses Lettres persanes, écrit en parlant du café Procope : [Il y a un établissement] où l'on apprête le café de telle manière qu'il donne de l'esprit à ceux qui en prennent ; au moins, de tous ceux qui en sortent, il n'y a personne qui ne croie qu'il en a quatre fois plus que lorsqu'il y est entré.
A la fin du XVIIIe on estime déjà à 3 000 le nombre de cafés dans Paris !
Les artistes, peintres poètes penseurs écrivains philosophes à travers les siècles s’y retrouvaient, quelle que soit l’époque :  Rousseau, Verlaine, Sartre, Cocteau, Picasso ou Hemingway, entre nuages de fumée et vapeurs d’alcool, de Montmartre à Saint Germain des Prés



La Closerie des Lilas

C’est en 1847 qu’ouvre entre Port Royal et Montparnasse la Closerie des Lilas : ancien simple relais de poste sur la route de Fontainebleau : premier café qui a donné la réputation artistique du quartier de Montparnasse.Au XIXème siècle, le restaurant jouit de sa proximité avec le bal Bullier, véritable rendez-vous mondain de la scène culturelle parisienne fréquenté entre autres par le couple Sonia et Robert Delaunay, attirant de fait écrivains et peintres. Zola, Mallarmé, Paul Cézanne ou les Frères Goncourt 

Puis vient au XXème siècle une seconde vague d'artiste : des dadaïstes Tristan Tzara et André Breton aux américains de la génération perdue : Hemingway ou F.S. Fitzfgerald en tête, Paul Verlaine et Guillaume Apollinaire ensuite ont participé à la légende du lieu en se réunissant tous les mardis avec d’autres hommes de lettres de l’époque pour débattre, échanger et déclamer des poèmes. Les américains fuyant la prohibition, s’y installaient également pour boire en toute tranquillité et refaire le monde comme Ernest Hemingway, Scott Fitzgerald ou Henry Miller. D’autres grands noms s’y retrouvaient aussi comme Oscar Wilde, Samuel Beckett ou encore Jean Paul Sartre.La closerie des Lilas est l'un des lieux de la littérature et de la poésrie les plus légendaires de Paris .
SEMPE : Cafe de FLORE

Le Café de Flore
Lieu symbole de l'intelligentsia de gauche, le Café de Flore n'a pas toujours été un foyer d'accueil progressiste. Fondé en 1887, il accueille d'abord les grandes figures de l'Action Française, mouvement nationaliste d'extrême droite. Mais dans les années 2O, la vague surréaliste s'installe au Flore. Guillaume Apollinaire, puis Jacques Prévert, Boris Vian et enfin le couple Simone de Beauvoir et Jean-Paul Sartre
Véritable institution de St Germain des Prés où on s’y installe plus pour être vu qu’autre chose, le Flore a accueilli au 20ème siècle les plus grands noms de la littérature. Le mythique couple Jean Paul Sartre et Simone de Beauvoir y restaient près de 8 heures par jour.
Albert Camus, Boris Vian ou Jacques Prévert y venaient également pour participer aux débats autour des courants existentialistes ou progressistes. Difficile de parler du Flore sans évoquer son voisin les Deux Magots où les artistes venaient aussi en nombre, et jonglaient entre les deux établissements.

Le Café de la Paix
Fin XIXe, un nouvel axe se dessine pour le monde du luxe autour de la place de l’Opéra, de la place Vendôme, et de la rue Cambon ( Gabrielle Chanel y installa ses ateliers et sa boutique au début du XXe) proche des Grands Boulevards, centre de la vie sociale d’alors, promenade urbaine vouée à la flânerie, rythmée par les cafés, théâtres et autres lieux d’attraction du public

La récente construction de l’Opéra Garnier en 1875 ainsi que le Grand Hôtel dont le Café de la Paix fait partie intégrante symbolisent l’essor de la bourgeoisie et du capitalisme naissant

Le décorum Second Empire donne le ton avec ses dorures clinquantes, ses colonnes en stuc et chapiteaux corinthiens, hauts plafonds, plafond décoré de figures mythologiques, mobilier d’empereur, comme les tables en marbre avec pieds de lion en bronze

Parmi ses illustres habitués on notera Émile Zola, Guy de Maupassant, Oscar Wilde, Marcel Proust, André Gide et l’incontournable Ernest Hemingway, mais aussi lieu de rendez-vous du « Tout Paris »

Première projection de cinéma : l’innovation avant tout !



Le sous-sol du café de la Paix accueille en décembre 1895 la première projection publique cinématographique organisé par sous la houlette du Père Lumière : 20 minutes de projection, une dizaine de films projetés pour un public de 50 personnes !



En 1914, les taxis de la Marne en route pour le front défilent devant l’établissement. Clémenceau assiste en 1918 depuis le premier étage du café de la Paix au défilé des troupes devant l’Opéra. 

Fermé pendant toute la seconde guerre mondiale, le Café rouvre ses portes pour servir le premier repas du Général de Gaulle dans ce Paris enfin libéré.



Une page se tourne….


Le Procope 13 rue de l’Ancienne Comédie 75006

La Closerie des Lilas 171 bd du Montparnasse 75014

Le Café de Flore 172 bd St Germain 75006

Le Café de la Paix 5 place de l’Opéra 75009
Agent Immobilier Blogeuse en terrasse  ! Contact : nathalie@agencedesenfantsrouges.com









Wednesday, March 25, 2020

MAN RAY et PARIS


Man Ray et Paris

Lorsqu’il arrive à Paris, en 1921, de New York, Man Ray ignore encore qu’il va s’y installer pour de nombreuses années, rencontrer la célébrité et y faire l’objet d’expositions et d’hommages post hume multiples (Cette année encore Le Musée du Luxembourg lui consacre une exposition intitulée « Man Ray et la photographie de mode » du 9 avril au 26 juillet 2020. Un artiste déjà mis en avant par le Grand Palais lors d'une rétrospective en 1998, puis par la Pinacothèque en 2008.)

Invité par son ami franco-américain Marcel Duchamp-inventeur des « reay-made » et l’un des fondateur du mouvement « Dada » (initié aux USA) qui l’héberge dans son appartement, il rejoindra rapidement Montparnasse, épicentre durable de la vie de « bohème » que mènent tous les artistes de cette époque bien nommée « les années folles »

L’émulation ressentie au contact des plus grands artistes de l’époque : Picasso, Cocteau, Modigliani, Foujita, Picabia, Braque, Derain mais aussi Stravinski Tristan Tzara, Hemingway Chanel ou Paul Eluard lui fera ressentir Paris comme son port d’attache, bien qu’il en répartira pendant la guerre en 1940 avant d’y revenir et d’y demeurer jusqu’à la fin de sa vie

Avant de devenir un des plus grands artistes du mouvement « surréaliste » en tant que photographe, Man Ray voulait être peintre (puisque la peinture représentait le mode d’expression le plus naturel et aussi la reconnaissance suprême pour tout artiste jusque-là) mais le sort en décida autrement pour celui qui fut présenté peu de temps après son arrivée à Paris, comme photographe de mode à Paul Poiret ( le « roi de la mode » à qui l’on doit surtout d’avoir décorseter les femmes, ouvrant la voie à Chanel ) 
Gabrielle Chanel photographiée par Man Ray 1935 in SEARCH MY HOME IN PARIS BLOG
Gabrielle Chanel photographiée par Man Ray 1935
C’est cependant en photographiant la jet set : aristocrates, femmes du monde, couturiers et tous ses amis artistes qu’il se fera remarquer avant d’être embauché officiellement comme photographe de mode par Vanity Fair, Vogue puis  Harper's Bazaar

Dès 1922, il emménage rue Campagne Première (au 31 Bis) dans un très bel immeuble où il installera son atelier, pouvant investir « les cachets » de photographe de mode*, pour y développer son travail de recherche personnel, à travers le développement de nouvelles techniques comme la solarisation, le rayogramme, la surimpression, le photomontage, et différentes autres techniques de tirage photographique
31 BIS RUE CAMPAGNE PREMIERE IN SEARCH MY HOME IN PARIS
Man Ray habita 31Bis rue Campagne Première
Il y vivra plusieurs années, notamment avec sa compagne et inspiratrice des débuts Kiki de Montparnasse, témoin d’un Paris où les femmes posaient nues et où les fiacres roulaient encore dans la capitale (jusqu’en 1922)
LE VIOLON D INGRES KIKI DE MONTPARNASSE IN SEARCH MY HOME IN PARIS
Le Violon d'Ingres Kiki de Montparnasse 
puis avec la très belle Lee Miller, qui deviendra – après avoir été son assistante – et sa muse, elle aussi photographe et même reporter de guerre pendant la 2e guerre mondiale
LEE MILLER ET MAN RAY PROCEDE DE SOLARISATION IN SEARCH MY HOME IN PARIS
Lee Miller et Man Ray procédé de solarisation
Man Ray est multi facettes : entre ses photos-portraits de la Jet Set, ses photos de Mode pour la presse et ses compositions surréalistes (photos et films), il maximise son talent en le déployant sur plusieurs horizons….

Paris devient le théâtre où sa créativité se développe, enrichie par les contacts qu’il nous avec ses amis artistes des cercles surréalistes entre autres ; lui l’américain de Brooklyn.

Ce Paris très « arty » où il fréquente plusieurs milieux : les surréalistes, peintres, écrivain, les créateurs qu’on disait à l’époque « couturiers » de mode, la presse, la jet set , le « tout Paris »
PAUL ELUARD ET SA FEMME NUSCH IN SEARCH MY HOME IN PARIS
Paul Eluard et sa femme Nusch
Ce Paris des fameux « bals » inspirant, où tout est possible « artistiquement » il va s’y installer durablement et y vivre plusieurs « amours » notamment avec la sublime Lee Miller

Ce Paris à l’image de sa jeunesse, des années où son talent s’est affirmé, puis « reconnu » et où il devint cet artiste qu’il a toujours souhaité devenir.

Ce Paris, il va l’aimer jusqu’à collectionner les clichés d’un autre immense photographe : Eugène Atget, son voisin de la rue Campagne Première dont Bérénice Abbott lui fera découvrir le talent
BERENICE ABBOTT UNE DES ASSISTANTE DE MAN RAY IN SEARCH MY HOME IN PARIS
Berenice Abbott une des assistantes de Man Ray 
Assistante de Man Ray, elle repartira en Amérique après avoir acheté elle aussi des milliers de tirages d’Atget et avec une folle envie de le faire découvrir, ce qui fut son leit motiv pendant une grande partie de sa vie

Eugène Atget est célèbre pour ses photographies documentaires sur le Paris de la fin du 19e et du début du 20e siècle. Le photographe prenait en photo les rues de Paris, les jardins, les anciennes boutiques et les artisans parisiens. Photos qui allaient devenir de précieux documents historiques. Vers 1897-1898, à l’époque où est créée la Commission du vieux Paris, Eugène Atget a photographié les anciens quartiers de Paris appelés à disparaître. Le musée Carnavalet et la Bibliothèque nationale vont devenir ses principaux clients jusqu’à la fin de sa vie.
EUGENE ATGET SERIE ARTISTIQUE ET PITTORESQUE IN SEARCH MY HOME IN PARIS
Eugène Atget Série Artistique et pittoresque
La dernière rétrospective « Atget » à la Bibliothèque nationale de France date de 2007, mais, auparavant, le musée Carnavalet avait déjà honoré le photographe en 1982, en 1984, en 1992 et en 1999. On aurait pu croire le sujet clos, mais Carnavalet persiste et signe, fort de sa fabuleuse collection de photographies d'Atget - plus de 9 500 tirages - et d'un prêt exceptionnel de la George Eastman House à Rochester (État de New York). Cette dernière a en effet accepté de laisser voyager l'album personnel de Man Ray, constitué d'un choix de quarante-trois images que l'artiste américain a collectionnées durant les années 1920.


EUGENE ATGET Marchand ambulant Place Saint Médard Paris Ve 1899
Marchand ambulant Place Saint Médard Paris Ve 1899
PARIS ville miroir, l’objet rêvé des surréalistes

Pourquoi Atget a-t-il tant fasciné les surréalistes de l’époque dont Man RAY ?

Atget a photographié les quartiers de Paris, non dénaturés par le travail d’Haussmann, c’est le Paris des petites rues, des petits métiers, des vitrines mais un travail exhaustif qu’il a entrepris pour – au départ -aider les peintres qui avaient besoin de « documentation » 
Eugène Atget Série "Vitrines" Magasin Avenue des GOBELINS 1925
Eugène Atget Série "Vitrines" Magasin Avenue des GOBELINS 1925
Là où le regard d’Atget peut croiser le surréalisme c’est dans cette vision qu’il choisit : ce parti pris d’un Paris authentique,( pas celui des grands axes haussmanniens trop « propres »)mais celui d’un petit peuple de Paris ( pas celui de la bourgeoisie et encore moins de l’aristocratie) des vitrines de magasins , et justement dans ces vitrines il se passe des choses intéressantes artistiquement parlant : comme des reflets particuliers, comme des évocations, des visions inattendues
Eugène Atget Bd de Strasbourg Corsets  1912
Eugène Atget Bd de Strasbourg Corsets  1912
Car l’époque où Atget commence à prendre ces photographies correspond précisément à celle où les surréalistes s’intéressent aux reflets. C’est en avril 1925 que La Révolution surréaliste publie sur sa couverture la photographie de Man Ray représentant une vitrine à Saint-Sulpice sur laquelle vient se réfléchir l’image du bâtiment lui faisant face. C’est au même moment que Man Ray rend visite à Atget pour lui acheter quelques images
Eugene Atget MAGASIN AVENUE DES GOBELINS 1925
Eugène Atget Magasin Avenue des Gobelins 1925
Ce goût pour Atget «le» photographe de Paris mais un Paris, très 19ème siècle, de Man Ray s’explique par cet amour pour Paris dans l’absolu, mais aussi pour l’idée que les américains pouvaient se faire de Paris, d’une projection sub consciente, et dans le choix de Man Ray se trouve aussi la vision très « sure » qui a su apprécier un talent ignoré toute sa vie durant car Atget n’eût pas la reconnaissance qu’il méritait

Regards croisés entre plusieurs artistes qui collectionnèrent Atget dont l’un d’entre eux  « DERAIN »** donna lieu à une vente aux enchères récentes, regards différents sur un Paris choisi, mis en lumière, comme objectivé de la même manière qu’un portrait de la Jet Set ou qu’un objet au hasard, symbole de leur révolutions intimes et de leur volonté de basculement vers un horizon de modernité
Cour, 7 rue de Valence 1922
Cour, 7 rue de Valence 1922

Man RAY quitte Paris en 1940 et part pour Hollywood, il reviendra en France en 1951


*Vogue a fait travailler Man Ray de 1924 à 1930, sous la direction de Lucien Vogel et Harper’s Bazaar de 1935 à 1944, sous la direction artistique d’Alexey Brodovitch

**Lire l’article paru dans les Echos : Eugène Atget : un morceau d’histoire de l’art moderne aux enchères Le 10 novembre Christie’s disperse à Paris un ensemble important de photos d’Eugène Atget qui appartenait au peintre André Derain


https://www.lesechos.fr/2016/09/eugene-atget-un-morceau-dhistoire-de-lart-moderne-aux-encheres-219354


***C’est à soixante dix ans passés qu’il reçoit la médaille d’or à la Biennale de photographie de VENISE, en 1961 puis l’année suivante un choix de ses photographies est exposé à la Bibliothèque nationale de PARIS. En 1966 eut lieu une grande rétrospective de l’ensemble de sa carrière à LOS ANGELES. En 1967 le jury du Festival des Arts de Philadelphie (sa ville natale) lui décerne une récompense officielle pour son œuvre et enfin en il participe à l’exposition phare organisé au Musée d’Art Moderne de NEW YORK : Dada, le Surréalisme  et leur héritage.

Au moment de la publication de ses mémoires : Autoportrait, coïncident deux hommages : l’une au Musée d’Art de la Princeton University et l’autre à New York

A quatre vingt six ans, il fut décoré de l’ordre artistique du Mérite par le gouvernement français, peu avant de mourir et d’être enterré au cimetière de Montparnasse
 
Hommage à Berenice Abbott Photo Nathalie Molho©

Enquête : nathalie molho 
Contact
#searchmyhomeinparis